Comment faire un faux plafond ?

Réaliser un faux plafond est une bonne solution pour une rénovation à des fins esthétiques et pour bénéficier à la fois de performances acoustiques, et / ou thermiques.

Quels types de plaques utiliser ? Quelle méthode de fixation appliquer ?

Voici quelques solutions pour faire un faux plafond en plaques de plâtre

Installer un FAUX plafond suspendu sur ossature métallique avec fourrure

Très utilisé en rénovation comme dans le neuf, le plafond suspendu ou faux plafond en plaques de plâtre permet de masquer un ancien plafond abimé ou peu esthétique et de renforcer l'isolation thermique et/ou la performance phonique.

En fonction des travaux réalisés, vous pourrez également vous servir de cette zone technique pour y cacher des gaines électriques ou y encastrer des spots.

Constitué d’une ossature métallique légère suspendue, sur laquelle sont vissées une ou plusieurs épaisseurs de plaque, le plafond en plaques de plâtre constitue une solution qui offre le meilleur rapport pratique / performance.

L’espace vide appelé « plenum » entre la plaque du plafond et la structure du bâtiment permet d’incorporer un isolant, les réseaux de spots basse tension, trappes de visite, dissimuler les fils électriques, gaines etc.

Pour installer un plafond suspendu, vous serez amené à fixer une ossature métallique constituée de fourrures, et des suspentes dans la structure de la toiture ou du plancher (solives bois, charpente métallique).

En rénovation, dans le cas où vous ne souhaitez pas retirer le plafond existant, vous devez aller tout de même rechercher la structure d’origine (exemple : solives) pour suspendre le nouveau plafond. Le dimensionnement mécanique d’un plafond (choix des ossatures, distances entre les suspentes et les ossatures) dépend du nombre et du type de plaque, ainsi que du poids de la laine que l’on souhaite mettre en place.

Suivez ces différentes étapes :

Traçage et pose de l’ossature métallique

Commencez par matérialiser votre faux plafond en déterminant la hauteur du plafond et tracez un trait de référence sur tous les murs de la pièce avec un niveau (niveau laser) en tenant compte de l’épaisseur de la plaque. Fixer les rails contre-cloison ou cornières périphériques au niveau du trait de référence. Il existe plusieurs types de suspentes : fixation par pattes en vissage direct (P21, P31), tige filetée + suspente pivot... Si vous êtes dans le cas de Tige filetée + suspente pivot, prenez soin de mesurer la hauteur entre les plaques de plâtre du plafond et la structure de raccordement (exemple : poutre) avant de couper les tiges filetées des suspentes avec une scie à métaux.

Position des fourrures

La distance entre la première fourrure et le rail contre-cloison (ou cornière) doit être inférieure ou égale à l’entraxe entre fourrures (50 ou 60 cm selon les cas).

Pose des suspentes

  • La distance entre la suspente et le rail contre-cloison (ou cornière) doit être inférieure ou égale à l’entraxe des suspentes (déterminée en fonction du type de plaque et poids de l’isolant) ;
  • Clipsez les ossatures sur les suspentes.

Mise en place de l’ossature métallique


Effectuer la jonction entre 2 ossatures à l’aide d’éclisses de raccordement. Prenez soin de décaler (d’au moins 1.20 m) les raccords d’une ligne d’ossature à l’autre.

Installation et vissage des plaques de plâtre

Une fois que vous avez créé votre ossature, il ne vous reste plus qu'à visser tous les 30 cm vos plaques de plâtre (positionnées perpendiculairement à l’ossature) dans les ossatures fourrures. Si vous positionnez les plaques parallèlement à l’ossature, l’entraxe des ossatures devra être de 0.40 m maximum.
Posez les plaques de joint décalé pour une meilleure planéité.

Conseil + : La mise en œuvre d’un plafond suspendu peut également se réaliser sur montants avec suspentes spécifique (cas de plafonds de grande portée).

La sélection Artisans

Siniat - Sélection Artisans Preview

La sélection Artisans

Découvrez tous les détails de mise en œuvre et notre sélection de produits dans notre guide dédié aux professionnels.

Installer un faux plafond autoportant

Un faux plafond autoportant est une autre solution esthétique pour dissimuler un plafond existant et abimé. Moins contraignant que le plafond suspendu, celui-ci présente les mêmes avantages et vous permet d'améliorer la performance énergétique (ou thermique et acoustique) de votre habitat.

Facile à mettre en œuvre, ce système de plafond sans suspente permet d'adapter votre plafond à vos besoins, sans vous soucier des contraintes architecturales de votre plafond d'origine : il est généralement mis en œuvre en absence de possibilités de fixation ou en cas d’accès difficile. Ainsi, vous pouvez créer un faux plafond à la hauteur souhaitée en fonction de votre projet. Son installation est idéale dans le cadre de travaux de rénovation.

 

— Plafond PRÉGYMÉTAL autoportant en montants accolés dos à dos.

Ce type de plafond est plus facile et plus rapide à installer car il ne nécessite pas de suspentes à fixer aux solives, d'où sa liberté de pose. Il s'installe grâce à des rails sur deux murs en vis-à-vis et à des montants qui s'imbriquent à l’intérieur. Il est nécessaire de vérifier l’état et la nature du mur existant, avant la mise en œuvre d’un plafond autoportant. Cette mise en œuvre nécessite de fixer (fixations qui doivent être adaptées au support) des rails latéraux dans un mur apte à pouvoir reprendre une certaine charge. Le dimensionnement (choix des ossatures et entraxe) est déterminé en fonction de la nature du plafond : type de plaque, poids de la laine, largeur du plafond (distance de mur à mur).

Pour installer un plafond autoportant, suivez nos conseils :

  • Commencez par mesurer la distance entre les deux murs ;
  • Tracez votre ligne de pose puis fixez les rails, en vérifiant leur horizontalité à l'aide d'une règle à niveau ou un niveau à bulle ;
  • Vissez les montants, préalablement déterminés, en les insérant dans les rails adaptés aux types de montants.
  • Placer votre isolant (si besoin de performance thermique et/ou acoustique) et dissimuler vos gaines et conduites.
  • Visser vos plaques de plâtre (avec un entraxe de vissage à 30 cm).

Pour cette dernière étape, assurez-vous que les plaques soient jointives, et traitez les joints et les finitions à l’aide d’un enduit (garnissage des joints, pose de la bande, serrage de la bande, remplissage et finition).

Pour en savoir plus sur la réalisation d'un faux plafond autoportant, consultez notre guide pratique.

Vous pouvez également télécharger notre Carnet de pose en PDF pour tout savoir sur la réalisation de cloisons, plafonds et doublage selon les règles de l'art (DTU 25.41 et 25.42).

Guide pratique - Installer un plafond autoportant

Siniat - Guide pratique faux plafond autoportant

Guide pratique - Installer un plafond autoportant

Consultez notre guide pratique et notre vidéo de mise en oeuvre pour connaitre les 6 étapes importantes dans la réalisation d'un  plafond autoportant.

L'Info Artisan Siniat

Une information par mois par email, facile et rapide à lire, pour tous les artisans et entreprises de pose sur des sujets pratiques variés avec pour objectif de faciliter et améliorer le quotidien sur chantier.

Points de vente partenaires

Grâce à notre carte interactive, trouvez rapidement le point de vente négoce partenaire Siniat le plus proche de votre chantier.

Des solutions innovantes & intelligentes
Un partenaire fiable & proche de vous
Engagé pour une construction durable