Définition du BIM

BIM est un acronyme anglais qui peut être traduit en français par « Modélisation des Informations du Bâtiment » ou encore
« Bâtiment et Informations Modélisés ».

En fonction du contexte, le M de BIM peut correspondre à :

  • Model : Modèle ou Maquette numérique (MN)
  • Modeling : Modélisation des règles de création, de transmission et d’exploitation des données.
  • Management : Gestion des flux de données et de l’organisation des intervenants du projet.     

Plus concrètement, le BIM peut être défini comme une démarche collaborative pour la gestion d’un projet de construction autour d’une maquette numérique capable de couvrir tout le cycle de vie du projet. 

Le BIM n’est pas une solution informatique, un logiciel de représentation 3D, ou une technologie réservée aux projets d’envergure ou aux grandes entreprises.

Le BIM est une méthode de travail dont l’élément essentiel est... l’Information !

C’est une évolution majeure des méthodes de travail pour la gestion des projets de construction, qui s’inscrit dans la continuité des précédentes qui ont vu notamment les métiers de maitrise d’œuvre délaisser la planche à dessin pour les outils de CAO/DAO. Le passage aux méthodes basées sur la production et exploitation des données de la maquette numérique est un pas supplémentaire pour produire des bâtiments de meilleure qualité avec des délais et des coûts mieux maitrisés.

Le travail collaboratif, dimension essentielle de la démarche BIM, facilite la compréhension mutuelle des spécificités métiers de chaque intervenant. Le BIM favorise également la synergie entre les expertises métiers et l’évolution vers une ingénierie concourante face à l’actuelle approche séquentielle.

Tout d’abord, Le travail en maquette numérique (en mode « lonely BIM / BIM isolé) permet de gagner du temps en cas de modifications du projet : la mise à jour du dessin en plan est instantanément répercutée sur le reste des vues et pièces graphiques, mais surtout sur l’ensemble des quantitatifs des composants concernées (superficie pièces, mètres linéaires de cloisons sèches, surface des faux-plafonds, doublages, etc.) …

Aussi, travailler en maquette numérique dès les phases amonts d’un projet, permet de détecter plus tôt les interférences au niveau des interfaces entre les divers lots d’un projet (l’exemple classique de la gaine CVC qui bute contre la retombée de poutre et dont le dévoiement impacte l’altimétrie du faux plafond… et affecte le volume et la qualité de l’espace).

Globalement, nous pouvons résumer les objectifs de la méthode BIM en trois grands axes :

  1. Faciliter et fiabiliser les échanges entre les intervenants d’un projet
  2. Maitriser les coûts et les délais de conception/réalisation
  3. Réduire les coûts d’exploitation/Maintenance des ouvrages tout au long de leur durée de vie.

A chaque phase de l’élaboration d’un projet, Siniat France est en mesure d’apporter une contribution qualitative à la démarche BIM grâce à une information fiable ; c’est-à-dire précise et à jour. Son expertise technique doublée de compétences BIM, est un atout précieux pour ses clients et l’ensemble de la filière.

En savoir plus sur les offres BIM SINIAT